Parc national de l’Upemba (complexe Upemba-Kundelungu)

L’année 2017 a été marquée par la fusion des parcs nationaux de l’Upemba et de Kundelungu en une seule unité écologique nommée Complexe des parcs nationaux de l’Upemba et Kundelungu. Dans sa configuration actuelle, le complexe compte 1 960 000 ha de zone intégrale, sans compter ses zones annexes. L’objectif de cette fusion est d’améliorer la gestion de ces parcs nationaux.

Le complexe Upemba-Kundelungu fait face aux différentes pressions qui causent la dégradation de sa biodiversité. Il s’agit du braconnage sous toutes ses formes, de la pêche illicite dans les lacs et rivières, de la pollution des eaux par les exploitants miniers, de la violation des limites du parc, etc. Ces problèmes évoqués plus haut constituent des défis qui doivent être relevés en mettant en place une bonne politique opérationnelle afin d’atténuer les effets néfastes sur les ressources du Complexe.

Des efforts considérables ont été notés cette année en dépit des difficultés financières, du faible effectif des écogardes sur le terrain, de manque de matériel de travail et autres. Ceux-ci portent sur : (i) la redynamisation des départements au travers le recrutement des personnels qualifiés ; (ii) la remise à niveau par les formations et évaluations des agents ; (iii) les réunions avec les autorités coutumières et territoriales en vue de requérir leur soutien et ceux de leur communauté pour une gestion durable des ressources du complexe et ; (iv) les patrouilles organisées.

Dans le cadre du programme de Conservation de la Biodiversité et de la Gestion Durable des forêts, PBF en sigle, La Banque allemande de développement (KFW) a octroyé un financement au Complexe pour soutenir les efforts de conservation. Cet appui financier a joué un rôle important dans la protection de la faune et de la flore des parcs.