Programme d’appui à la réforme de la Police nationale congolaise – PARP

La construction d’une Académie de Police matérialise la stratégie de réforme de la PNC, dans ses composantes RH et Formation. Pour cette dernière, à travers la Direction générale des écoles de formation de la PNC (DGEF), le PARP a appuyé la mise en place d’un schéma directeur, des curricula de formation et renforcé le processus de son institutionnalisation, dans l’optique d’une Police professionnelle.

Objectif global

L’objectif général du programme est de contribuer à la réforme de la Police Nationale Congolaise (PNC)

Objectifs spécifiques

L’objectif spécifique du programme sera le renforcement den la coordination entre les acteurs principaux de la réforme de la police, la continuation et la clôture des activités de la création et de la mise en place d’un outil de gestion intégré des données relatives aux ressources humaines, la réorganisation du domaine de la gestion budgétaire et financière, de la gestion immobilière , ainsi que l’amélioration d’infrastructures de formation.

Résultats attendus

Le projet visera à atteindre les sept résultats suivants dans quatre volets différents :

  • Volet 1 : planification et mise en œuvre de la réforme
  • Volet 2 : collecte de données
  • Volet 3 : Appui à la DBF et au SGEI
  • Volet 4 : reconstruction et réhabilitation d’infrastructures de formation

La mise en œuvre du projet de construction de la première phase de l’Académie de Police se poursuit. Les travaux y relatifs ont pu démarrer, au deuxième trimestre 2017, au terme de la mobilisation des acteurs impliqués, dont l’entreprise des travaux et le bureau de surveillance et de contrôle. Il est utile de relever que des tâches préparatoires ont été rendues nécessaires. Il s’agit de (i) la révision des dossiers techniques, de manière à garantir que les travaux restent conformes au programme architectural initial et, (ii) la régularisation administrative portant sur le titre foncier couvrant le site du projet.

Il convient de noter la contribution de l’administration publique en termes de viabilisation du site, notamment par l’aménagement de la route d’accès, l’amenée de l’électricité et l’installation d’un dispositif d’adduction d’eau constitué d’un forage, du matériel de pompage et d’un réservoir aérien.

Le montant global initial des travaux pourrait évoluer dans les limites des ressources disponibles, notamment avec l’aménagement souhaité du terrain et la mise en place envisagée des ouvrages de liaison entre divers bâtiments pour les rendre interdépendants et fonctionnels.